traquer


traquer

traquer [ trake ] v. tr. <conjug. : 1>
• 1743; « s'emparer de (qqn) » mil. XVe; de l'a. fr. trac « piste », cf. tout à trac; probablt rad. expressif trak-
1Poursuivre (le gibier d'un bois) en resserrant toujours le cercle qu'on fait autour de lui. forcer. Rabattre (le gibier) vers les chasseurs (cf. Battre les buissons). P. p. adj. Un air de bête traquée. Un regard traqué.
2Poursuivre (qqn), le forcer dans sa retraite. « On a beau vanter la pêche et la chasse, traquer l'homme dans Paris est une partie bien plus intéressante » (Balzac). Être traqué par la police. Paparazzi qui traquent les célébrités.

traquer verbe transitif (radical onomatopéique trak- évoquant quelque chose de brusque) Poursuivre sans relâche quelqu'un qui est en fuite pour l'arrêter : La police traque la bande. Poursuivre quelqu'un de ses importunités : Les journalistes le traquaient jusque dans sa vie privée. Littéraire. Pourchasser quelque chose pour le supprimer : Traquer l'injustice. Pratiquer une battue de manière à pousser le gibier vers la ou les lignes de tir. ● traquer (homonymes) verbe transitif (radical onomatopéique trak- évoquant quelque chose de brusque) traquet nom masculin

traquer
v. tr.
d1./d Pourchasser (du gibier en forêt) en resserrant progressivement un cercle formé autour de lui par les chasseurs.
|| (Par comparaison.) Avoir l'air d'une bête traquée.
d2./d Poursuivre avec acharnement (qqn). Traquer l'ennemi.

⇒TRAQUER, verbe trans.
A. — [Le compl. désigne un lieu, un animal, un gibier]
1. CHASSE
a) Battre, fouiller un lieu pour faire fuir le gibier. Je savais traquer les bois comme la braconne en personne (ROUPNEL ds Lar. Lang. fr.).
b) Rabattre le gibier vers une ligne de chasseurs postés ou en marche. Les yeux avides, terriblement attentif, il surveille la lisière d'un buisson où ses chiens traquent quelque bête (GUÉHENNO, Journal homme 40 ans, 1934, p. 248). On ne les voit pas [les éléphants dans les herbes]. Mais on entend très bien leur digestion, les borborygmes du ventre. Ce sont les vieux solitaires que l'on piste et que l'on traque qui sont le plus dangereux (CENDRARS, Homme foudr., 1945, p. 64).
c) Cerner le gibier dans un cercle de chasseurs (traqueurs et tireurs) qui se resserre de plus en plus. On organise une battue pour le lendemain. On le traque, on le fusille par feux de salves. Il en est parfois autrement. L'ours éventre les chiens, un homme même, et emporte sa proie (PESQUIDOUX, Chez nous, 1921, p. 238).
2. P. ext. Poursuivre, rechercher pour attraper et tuer. Celle-ci, restée tout à fait paysanne, bêche, désherbe, traque les escargots dans leurs derniers retranchements (COLETTE, Cl. école, 1900, p. 277). L'automne m'accueillit de nouveau, et, avec une passion que l'âge n'a pas émoussée, je traquai la bécasse (JAMMES, Mém., 1922, p. 181).
B. — P. anal. [Le compl. désigne une pers.] Poursuivre sans relâche une personne en fuite pour l'arrêter, la capturer. Quelques paysans racontèrent au grenadier que la comtesse avait vécu un mois entier dans une forêt, et qu'ils l'avaient traquée pour s'emparer d'elle, sans pouvoir y parvenir (BALZAC, Adieu, 1830, p. 39). Le port de New-York. 1834. C'est là que débarquent tous les naufragés du vieux monde (...). Les premiers socialistes allemands, les premiers mystiques russes. Les idéologues que les polices d'Europe traquent; ceux que la réaction chasse (CENDRARS, Or, 1925, p. 29).
— [Dans un cont. érotico-sexuel] Elle n'avait rien oublié du temps lointain où elle habitait chez sa tante, à Paris, et où Daniel adolescent la traquait, comme un possédé, dans tous les coins de l'appartement (MARTIN DU G., Thib., Épil., 1940, p. 862).
P. exagér. [Le suj. désigne un fâcheux, un gêneur ou une pers. indiscrète] Poursuivre sans cesse, en dérangeant. Synon. harceler. Tout ce battage qu'on faisait autour de Robert (...). On l'avait vivement supplié de briguer l'Académie et de demander la Légion d'honneur; les journalistes le traquaient, et on imprimait sur lui des tas de mensonges (BEAUVOIR, Mandarins, 1954, p. 163).
P. métaph. ou au fig. [Le suj. désigne un élément de situation ou un sentiment] Être traqué par le remords, le besoin. Je n'aurai plus dans 9 mois aucune crainte pour mon avenir et pourrai travailler sans être traqué par la nécessité (BALZAC, Corresp., 1833, p. 360). Il tentait alors de reprendre ses esprits et de venir à bout de la terreur qui le traquait au fond de l'être (CARCO, Homme traqué, 1922, p. 94).
C. — Au fig. [Le compl. désigne une chose]
1. [Le suj. désigne une pers.] Pourchasser, rechercher avec obstination (pour combattre, détruire quelque chose, ou s'emparer de quelque chose). Ernest Jünger, durant ces sombres années [de l'occupation allemande], est un soldat vainqueur dans Paris où il traque les livres rares ou épuisés, ne pourchasse que les fleurs et que les insectes (MAURIAC, Bloc-Notes, 1957, p. 347):
Elle cherchait seulement à m'empêcher de sortir avec elle, et moi, par l'annonce brusque de ce projet que je ne comptais nullement mettre à exécution, à toucher en elle le point que je devinais le plus sensible, à traquer le désir qu'elle cachait et à la forcer à avouer que ma présence auprès d'elle demain l'empêchait de le satisfaire.
PROUST, Prisonn., 1922, p. 107.
2. [Le suj. désigne une chose] Réduire, faire disparaître. L'Atakor n'était plus qu'un chaos monstrueux au milieu des buées nocturnes que traquait le petit jour (BENOIT, Atlant., 1919, p. 294). La science, chaque jour, traque le hasard, le grignote, et nous prouve que ce n'était que le nom de notre myopie (DRUON, Gdes fam., t. 2, 1948, p. 173).
Prononc. et Orth.:[], (il) traque []. Att. ds Ac. dep. 1762. Étymol. et Hist. 1. Av. 1577 « chasser [les troupeaux] devant soi » (R. BELLEAU, Bergeries, éd. 1578, t. 1, p. 17 ds LITTRÉ: le traquant berger); 2. a) 1726 « poursuivre [le gibier] » (J. B. ROUSSEAU, Œuvres, Amsterdam, 1726, t. 2, p. 105 ds Trév. Suppl. 1752: un chevreuil traqué dans le taillis); b) 1740-55 p. anal. « poursuivre [une personne en fuite] » (SAINT-SIMON, Mémoires, éd. A. de Boislisle, t. 13, p. 228: Vaudémont le fit traquer et prendre); c) 1821 p. exagér. « poursuivre à outrance, harceler » (A. MORELLET, Mém., t. 2, p. 23: une révolution qui allait traquer, comme des bêtes nuisibles, les nobles et les grands et les riches dans toute l'étendue du royaume); d) 1839 « combattre, chercher à faire disparaître (quelque chose) » (BALZAC, Fille Ève, p. 143: amour [...] traqué); e) 1874 expr. comme un animal traqué (GOBINEAU, Pléiades, p. 276); 1913 air de bête traquée (ALAIN-FOURNIER, Meaulnes, p. 292); ca 1911 regard traqué (GIDE, Feuillets, p. 353); 1922 regard traqué (MONTHERL., Songe, p. 125); 3. 1771 « fouiller (un bois) pour en faire sortir le gibier » (Trév.: traquer un bois). Orig. incertaine. Prob. dér. du m. fr. trac « piste, trace » (trac1). Fréq. abs. littér.:462. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 243, b) 514; XXe s.: a) 691, b) 1 062.

traquer [tʀake] v. tr.
ÉTYM. 1743; « s'emparer de (qqn) », mil. XVe; soit dér. de l'anc. franç. trac « piste » (→ Tout à trac), soit (P. Guiraud) du roman tracticare, ou réfection sur trac (de tracticus) d'une forme antérieure; du lat. trahere « tirer », d'où « tirer de côté et d'autre, tirailler, balancer ».
1 Fouiller (un bois) pour en faire sortir le gibier.
2 (1743). Par ext. Poursuivre (le gibier d'un bois) en resserrant toujours le cercle qu'on fait autour de lui. Forcer. || Traquer les bêtes des bois (→ Languir, cit. 14). Traqueur.Par anal. Poursuivre (qqn), le forcer dans sa retraite. || Traquer un bandit (→ Sacrifier, cit. 18), un évadé (→ Évasion, cit. 1; et aussi exiler, cit. 4). || J'ai été chassé, traqué, poursuivi (→ Maudire, cit. 10).Par ext. || Menace (cit. 8) qui traque quelqu'un.
1 On a beau vanter la pêche et la chasse, traquer l'homme dans Paris est une partie bien plus intéressante.
Balzac, les Comédiens sans le savoir, Pl., t. VII, p. 22.
1.1 Il me racontait la poursuite de quelque bête puissante que l'on traque pendant des jours et qui tout à coup se retourne et fonce (…)
H. Fauconnier, Malaisie, p. 12.
(Dans un contexte érotique, en parlant d'une femme qui cherche à séduire un homme). || « Je traque en douceur. Je me contente de noter son numéro de téléphone. Il paraît soulagé. On s'embrasse gentiment, en copains » (F Magazine, no 22, déc. 1979, p. 86). Traque.
——————
traqué, ée p. p. adj.
ÉTYM. (1762).
|| Biche traquée par les chasseurs (→ Frisson, cit. 9). || Un air de bête traquée. || Chat traqueur (cit. 1) et traqué. || Gangsters traqués, traqués par la police.
2 Traqué par les siens; traqué par la société, par les conditions de la vie (…) Traqué par il ne savait quoi, qui semblait venir aussi de lui-même.
Martin du Gard, les Thibault, t. IV, p. 216.
3 (…) le goût de la sérénité est faible chez les hommes traqués.
Malraux, la Condition humaine, IV, 3.
Un regard, un œil traqué (→ Combiner, cit. 12; gouape, cit. 2), de qqn qui semble pourchassé.
DÉR. Tracasser, traque, 1. traquet, 1. traqueur. V. aussi 2. Traquet.
COMP. Détraquer.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • traquer — (tra ké), je traquais, nous traquions, vous traquiez ; que je traque, que nous traquions, que vous traquiez, v. a. Terme de chasse. Fouiller un bois pour en faire sortir le gibier. Traquer un bois.    Plus particulièrement, obliger les bêtes d… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • TRAQUER — v. a. T. de Chasse. Fouler un bois pour en faire sortir le gibier ; et plus particulièrement, Faire une enceinte dans un bois, de manière qu en la resserrant toujours, on oblige les bêtes que l on chasse d entrer dans les toiles, ou de passer… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • TRAQUER — v. tr. T. de Chasse Fouiller un bois pour en faire sortir le gibier. Traquer un bois pour prendre un loup. Il signifie plus ordinairement Faire une enceinte dans un bois, de manière qu’en la resserrant toujours on force les bêtes à entrer dans… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • traquer — v.i. Avoir peur ; avoir le trac …   Dictionnaire du Français argotique et populaire

  • traquer — vt. trakâ (Albanais) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • trac — [ trak ] n. m. • traque 1830; o.i., p. ê. formation expressive ou du même rad. que traquer; cf. tracasser ♦ Vieilli Peur, frousse. « Vous lui avez tellement fichu le trac » (Romains). ♢ (1833) Mod. Peur ou angoisse irraisonnée que l on ressent… …   Encyclopédie Universelle

  • traqueur — [ trakɶr ] n. m. • 1798; de traquer ♦ Chasse Chasseur qu on emploie pour traquer, rabattre le gibier. ● traqueur, traqueuse nom (de traquer) Synonyme de rabatteur. ● traqueur, traqueuse (synonymes) …   Encyclopédie Universelle

  • traque — [ trak ] n. f. • 1798; de traquer 1 ♦ Chasse Action de traquer le gibier. ⇒ battue. Les jours, les nuits « qu ils passaient dans la forêt, à la traque, à l affût, à la piste » (Genevoix). 2 ♦ Fig. et fam. Action de poursuivre (qqn) (cf. Chasse à… …   Encyclopédie Universelle

  • tracasser — [ trakase ] v. tr. <conjug. : 1> • 1580; « traquer » XVe; du rad. de traquer ♦ Tourmenter avec insistance, physiquement ou moralement, de façon plus agaçante que douloureuse. ⇒ obséder, travailler, turlupiner. « Les petits manquements ne la …   Encyclopédie Universelle

  • traquet — [ trakɛ ] n. m. • 1458; aussi « crécelle »; rad. expressif trak I ♦ Techn. Morceau de bois qui passe au travers de la trémie d un moulin et dont le mouvement fait tomber le blé sous la meule. ⇒ 1. battant. II ♦ (1555) Oiseau passereau au croupion …   Encyclopédie Universelle